Chaque année, je vous parle de la journée du personnel qui nous permet de découvrir un coin du département de la Drôme ou de l'Ardèche. Cette année, c'était les alentours de Nyons que nous avons visité et, plus particulièrement, deux entreprises nyonsaises dont les activités reflètent la richesse du département : une scourtinerie et une distillerie. Allez, je vous amène...

Une scourtinerie me direz-vous ça sonne un peu comme une maladie mais, en fait, il s'agit d'un artisanat typique de Nyons et c'est la dernière en France.

Le scourtin est un filtre à huile tissé en fibres végétale depuis l'antiquité. A l'origine, il devait avoir une forme de couffin dans lequel on place la pâte d'olives. Il est ensuite placé sous une presse à vis pour faire sortir l'huile d'olives. A Nyons, ils ressemblent à une galette et sont maintenant tissés avec de la fibre de coco ou du synthétique pour les presses mécaniques. Et ils sont exportés partout dans le monde.

Les anciens utilisaient les vieux scourtins pour en faire des paillassons ou des tapis. Rien ne se perdait à l'époque, le recyclage ou le upcicling existait déjà !!

Fondée en 1882, par Ferdinand et Marie Fert, dans une ancienne magnanerie, la Scourtinerie est la seule qui reste en activité en France. Elle a dû se reconvertir et propose désormais des dessous de plats, paillassons et tapis provençaux teints en différentes couleurs.

DSCN2990

 

 

Elle est dirigée par Arnaud et Frédérique Fert, frère et sœur, qui représentent la quatrième génération de scourtiniers de cette famille à Nyons. Et c'est Frédérique qui nous explique comme faire un tapis. D'ailleurs, elle en fait devant nous avec des machines créées par son arrière grand-père.

DSCN3004DSCN2996

IMG_1537DSCN2999

 

IMG_1538DSCN3001

 

Petite

Il y a ensuite un petit musée à visiter et leur boutique qui offre leur production : tapis, dessous de plats, tapis pour chat, paillasson, panier, ... et des produits de l'artisanat local : huiles, savon, accessoires en bois d'oliviers, ...

Après un excellent repas à base de spécialités locales, dans un petit restaurant de Vinsobres, (je vous recommande le vin de Vinsobres - avec modération, bien entendu) nous sommes partis pour le centre de Nyons afin de découvrir la distillerie.

Non, il ne s'agit pas d'alcool mais d'huiles essentielles.

Il s'agit également d'une entreprise familiale depuis 1939 qui distille les huiles essentielles produites autour de Nyons : thym, romarin, lavande bien sûr, et bien d'autres encore ...

Nous avons été accueillis par une descendante du fondateur (dans une entêtante odeur de thym ) qui nous a expliqué comment fonctionne une distillerie, comment on extrait l'huile essentielle, les hydrolats et l'eau florale. Très intéressant.

IMG_4973

IMG_1546IMG_4976

L'entreprise travaille avec des grands noms de la parfumerie.

Nous avons notamment appris que les plants de lavande que nous plantons dans nos jardins sont en fait du lavandin, hybride des deux lavandes sauvages : la lavande vraie (pousse de 500 à 1500 m) et la lavande aspic (en dessous de 600m). Si la lavande sauvage se multiplie, le lavandin est lui stérile.

Après la visite, nous avons pu acheté les produits dans la boutique : huiles essentielles, hydrolats, eaux florales et du maquillage made in Nyons.

 

 

IMG_1548

La distillerie travaille également avec des chefs de cuisine (comme Anne-Sophie PIC). Vous pouvez gouter les glaces à la lavande dans l'espace détente.

 

Comme toujours la journée a été riche et m'a donné envie d'y retourner avec mes petits-enfants pour leur faire découvrir à leur tour ce joli coin du département de la Drôme, d'autant plus qu'il reste à visiter une savonnerie et les caves coopératives.

Et vous ? Avez-vous envie de découvrir à votre tour les environs de Nyons ?